Allaitement de jumeaux : retour d’expérience

Allaitement simple ou double (ce qui change avec des jumeaux !)


Pour cette article je laisse la place à ma copine Charlotte qui a allaité des jumeaux. J'ai pensé que son retour d'expérience pourrait être utile à certaines, car c'est pas forcément fréquent et on trouve peu d'articles sur le sujet 😉

Elle parle de son rapport à l'allaitement en général, ses premières expérience avec sa fille Jade puis son fils Arthur, et enfin le plus compliqué : l'allaitement de ses jumelles Margot et Louise !

Pour ma part allaiter est une conviction, c’est ancré en moi. Je vis l’allaitement comme je respire. Mais c’est mon choix et avant de commencer cet article je tiens à préciser quelque chose.

Je n’aime pas dire que je suis pro allaitement car je ne suis absolument pas dans le jugement. Que vous allaitiez ou non, c’est votre choix et personne ne devrait vous dire quoi que ce soit.

Alors que vous allaitiez 2 ans, 6 mois, 1 mois, 1 jour ou pas du tout, c’est votre choix et votre droit et je le respecte. Jamais je ne vous jugerai.

(Je voulais faire cette petite mise au point avant de démarrer.)

Le début de mon allaitement

Lorsque j’étais enceinte de ma première fille, dire qu’elle va avoir 6 ans déjà, je ne me suis pas posé la question tellement l’évidence était devant moi.

- Allaitement Jade

Nos débuts lactés ont été un peu difficiles, crevasses, mauvais accompagnement par le corps médical et/ou sage-femme, mais il été inconcevable pour moi de passer au biberon. J’ai donc persisté et au bout de 2 mois environ l’allaitement est devenu un réel plaisir partagé.

En grandissant, elle a développé ce que j’appelle les tétées acrobatiques, à l’envers, une jambe levée, debout et toutes sortes de positions super bizarre, mais qui visiblement ne la gênais pas du tout.

Notre aventure lactée a duré 19 mois, jusqu’à son sevrage naturel. L’entrée à la crèche a signé la fin de ce moment à nous. Elle avait besoin d’autonomie et s’est, je pense estimer suffisamment grande pour continuer. À mon plus grand désespoir. Mais il en été ainsi, elle l’avait choisi.

- Allaitement Round 2 (Arthur)

L’allaitement de mon fils a été chaotique sur les débuts, je m’en souviens comme si c’était hier.

Je pense, avec le recul, qu’il devait avoir un frein de langue un peu court et moi, j’avais énormément de lait.

J’en avais tellement qu’il s’étouffait, ce qui nous a valu de belles frayeurs et j’ai très longtemps culpabilisé.

Il m’avait fait d’énorme crevasses. Des crevasses comme je n’en avaient jamais vu. J’étais ouverte tout le tour des deux tétons. Je pleurais à chaque tétée tellement, la douleur était forte.

J’ai tout essayé, laisser à l’air libre, la lanoline, le lait maternel, j’ai même tenté les compresses de lait maternel avec du cellophane sous les conseils d’une conseillère en lactation de la leche league (ça m’a value une belle mycose aux seins).

Sans parler du corps médical qui me disait d’arrêter l’allaitement et de passer au lait industriel.

J’ai tenu bon, car je ne voulais pas arrêter, psychologiquement, c’était trop compliqué pour moi. (petite parenthèse, aujourd’hui Arthur à 3 ans et boit un bibi de lait de vache au chocolat tous les matins)

Puis un jour, on m’a donné le contacte d’un médecin généraliste spécialisé en lactation. Cette doctoresse a littéralement sauvé mon allaitement.

Elle m’a prescrit une crème miracle, celle du Docteur Newman et m’a montré comment bien positionner mon fil pour la mise au sein. En l’espace d’une semaine, je n’avais presque plus rien. Elle m’a sauvé mon allaitement et je ne la remercierai jamais assez.

Notre aventure lactée à durée 19 mois, comme pour Jade. Nous avons aussi été jusqu’au sevrage naturelle.

Moi qui pensait aller au moins jusqu’à deux ans. Mais mes enfants en ont eu assez avant.

Allaitement des jumeaux

J’avais toujours dit à Didier (mon mari) que le jour où nous aurons un troisième bébé, ce serait des jumeaux. Et Paf, ça n’a pas loupé. Je me souviens encore de la gynéco qui a hésité en nous le disant, elle y est allée doucement. Mais pour moi, ce n’était pas un choc, je le savais déjà. Nous étions très heureux.

La grossesse fut très compliquée, mais elle fera l’objet d’un article à lui tout seul, je pense.

Il été évident que j’allais allaiter. Mais alors j’en ai entendu des :

  • « Comment tu vas faire pour allaiter des jumeaux »
  • « De toute façon, tu ne vas pas allaiter longtemps, tu seras trop fatiguée. »
  • « Au pire, tu feras du mixte. »
  • ETC…

- Allaitement Margot et Louise

Alors sachez que la seule personne que vous devez écouter, c’est vous et uniquement vous-même. Bien sûr que si vous le voulez-vous le pouvez, (sauf cas exceptionnel, si vous n’avez pas de lait, là, c’est impossible c’est sûr). Bon moi en l’occurrence, je suis Normande, une vraie vache laitière (rires évidemment).

Mais il est vrai que j’ai beaucoup de lait, je n’ai donc pas eu ce souci et cette fois-ci, je me suis bien renseignée et j’ai mis toutes les chances de mon côté pour démarrer mon allaitement dans des conditions optimales.

J’avais déjà 38 mois d’allaitement à mon actif, mais je n’avais pas eu l’occasion de faire du co-allaitement.

J’avais acheté les coquillages d’allaitements Baby Shell. Franchement, c’est une méthode naturelle, pour prévenir les crevasses qui fonctionnent très bien. Les coquillages sont au prix de 26,90 €, c’est un très bon investissement de départ. La nacre a un effet cicatrisant et soulage les maux de l’allaitement.

J’appliquais ensuite du miel cicatrisant après chaque tétée afin de prévenir et traiter efficacement les crevasses lorsqu’elles sont apparues. Le tube est au prix de 12,90 €

Je n’ai eu aucune crevasse les premiers jours, ce qui fonctionnait parfaitement, Jade et Arthur m’avait fait des crevasses dès la tétée d’accueil.

Enfin, j'avais acheté un coussin d'allaitement spécial jumeaux, très pratique bien qu'un peu cher (une centaine d'euros). Ça ressemble à ça :

Les maux de l’allaitement

Bon quelques jours après les crevasses sont arrivées. Mais le problème ne venait ni des filles, ni de la mise au sein, ni même des produits utilisées...

Si comme moi, vous avez la peau extrêmement clair et fine, vous avez peu de chance d’y échapper.

Mais bon, je savais exactement quoi faire, j’ai donc appelé la conseillère en lactation qui m’avait sauvé mon allaitement pour Arthur et elle m’a re-prescrit la crème et le tour était joué.

Bon soyons honnête quand même, un allaitement double est quand même différent d’un allaitement simple. Nos seins sont beaucoup plus stimulés.

Quelques liens utiles

J’ai eu quelques crevasses, mais rien de bien méchants, par contre j’ai eu une candidose mammaire qui revient encore aujourd’hui très fréquemment.

Les seins très douloureux, l’impression qu’on me pique avec des aiguilles en continue, avant, après et pendant la tétée. Ce qui est pire que des crevasses, car je n’ai aucun moment d’accalmie. Ça gratte et ça n’a rien d’agréable.

» Qu’est-ce qu’une Candidose Mammaire – Lien vers la Leche League

J’ai également des vasospames (plus connu sous le nom de la maladie de Raynaud). Si j’ai froid ou si les filles viennent de téter, mes tétons deviennent tout blanc et me font un mal de chien. Ils changent ensuite de couleur et deviennent rouge, puis violet, puis reviennent à leur couleur normale au bout de plusieurs minutes. On ne peut malheureusement pas faire grand-chose.

Je prends mon mal en patience, j’ai diminué le café et le sirop de menthe qui active cette maladie et ne me découvre pas.

» Qu’est qu’un vasospame – Lien vers la Leche League

Je suis aujourd’hui à 8 mois d’allaitement avec les filles et j’en suis fière, car je n’ai écouté personne d’autre que moi et même si j’ai quelques désagrément, l’allaitement se passe très bien.

Je ne suis pas spécialisée en allaitement bien que ça m’aurait extrêmement plu, mais devenir consultante IBCLC nécessite un diplôme de médecine, chose que je n’ai pas, mais ça ne m’empêche pas de vous aider aux besoins.

Bien souvent, lorsque l’on me contacte mon premier conseil est écoutez-vous. Vous êtes votre meilleur allié. Vous seule savez ce qui est bon pour vous et votre ou vos enfants.

Moi, je suis fière de vous, que vous allaitiez ou non, devenir parent est un rôle tellement important. Alors soutenons nous et aidons-nous les uns les autres au lieu de nous juger continuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page